Présentation

Dans la ville d'Alger, au début du XX° siècle, un rabbin se promène avec son chat, un chat qui commente les événements dont il est témoin. Et voilà qu'en croquant le perroquet de la maison, il découvre l'usage de la parole, à commencer par le mensonge ! Va-t-il pouvoir rester auprès de sa maîtresse bien-aimée ?

C'est en suivant les ruses de ce félin aux yeux verts que nous découvrirons les multiples usages de la parole, les discussions autour de la religion juive et ce qui finalement rend les humains sympathiques.

Par ce récit, Joann Sfar nous fait entrer dans l'univers de la pensée juive, dans une manière bien particulière de discuter de questions concernant le monde, l'homme, la vie.

Le style du dessin, expressif et tout en souplesse ( voyez les métamorphoses du chat, avec des couleurs chaudes ) recrée une ambiance orientale mais donne aussi un cadre bien adapté à ce voyage intérieur.

Le Chat du Rabbin (T.1) de Joann Sfar chez Dargaud, janvier 2002, 48 pages

 

LE CHAT QUI VOULAIT FAIRE SA BAR-MITSVAH ( Tome 1 )

C'est l'histoire d'un drôle de matou d'encre et de papier, sorti tout droit de l'imagination du génial dessinateur Joann Sfar. Les aventures d'un chat de rabbin sépharade qui promène ses pattes sur les pierres brûlantes algéroises du début du 20e siècle. Amoureux de la fille de son maître, la belle Zlabya, aussi douce et sucrée que la patisserie orientale dont elle porte le nom, l'animal passe ses journées à se faire dorloter tout en se posant une série de questions sur son identité de chat juif.

Il va jusqu'à réclamer le droit de faire sa bar-mitsvah et par la même occasion de déchiffrer la Kabbale. Depuis qu'il a acquis la parole ( après avoir dévoré le perroquet du rabbin ), il ne se prive pas d'exprimer tout haut des vérités bien senties sur la religion, l'identité juive ou encore l'absurdité du monde…

De chaque vignette se détache une force expressive, un amour du détail qui émerveille l'oeil. Sans parler des couleurs habilement maniées par Brigitte Findalky qui sont une perpétuelle invitation au voyage : ce sont les tons chauds et envoûtants de l'Orient, que l'on retrouve aussi bien dans les costumes traditionnels des personnages que les ruelles d'Alger écrasées de chaleur ou encore les applats gris et bleutés qui retranscrivent à merveille le vieux Paris début de siècle ...


Autre présentation

Pendant félin de Socrate le demi-chien, le chat du Rabbin essaie de répondre à une question fondamentale : peut-on apprendre la Torah à un chat, fût il doué de parole ? La réponse est une fable savoureuse, d'une intelligence rare, qui réjouira les amateurs d'Orient, de jolies femmes et de métaphysique. '' Le chat du Rabbin '', c'est Alger et le quartier Juif au début du siècle. Celui qui regarde ce monde et qui raconte, c'est '' le chat du Rabbin ''. Tout de suite, il explique pourquoi le Rabbin n'a pas plutôt un chien : ''... Ça fait tellement longtemps que les Juifs se font mordre, courir après ou aboyer dessus que, finalement, ils préfèrent les chats ''.

Le chat mange le perroquet de Zlabya, la fille du Rabbin, et du coup, le voilà doté de la parole et soucieux de faire sa bar-mitsva. Les discussions vont être longues tant avec le Rabbin lui-même qu'avec le Rabbin du Rabbin. ...

....................

 

....................

Voilà un petit chef-d'oeuvre qui renouvelle incontestablement le monde de la bande desssinée. Véritable succès de librairie, Le Chat du Rabbin s'est vendu à 450 000 exemplaires. Et l'univers coloré de Joann Sfar ne séduit pas que les initiés de la BD d'« avant-garde » ... Le vieux rabbin algérois et son petit chat gris ont également su captiver le grand public. « Le plus grand service qu'on puisse rendre au lecteur, c'est de ne jamais penser à lui » soulignait récemment Joann Sfar pour expliquer le succès du Chat du RabbinNe pas chercher à plaire mais ne pas oublier de se faire plaisir ».

 

Et visiblement, Joann Sfar prend un immense plaisir à dessiner ses personnages, puis à les faire grandir et évoluer... Après La Bar-Mitsva dans laquelle on suit le chat du rabbin à travers son questionnement sur l'identité juive, le jeune dessinateur a récidivé avec Le Malka des Lions , suite des aventures du chat, du rabbin et de sa fille. Puis il y a eu L'Exode et enfin Le Paradis terrestre . Le tome 5 Jérusalem d'Afrique est arrivé au mois d'octobre 2008 dans les rayons des librairies...

L'oeuvre de Sfar est un concentré de poésie, d'humour, de tendresse et d'intelligence. Une fable sur la religion juive « brillante » comme le souligne Eliette Abécassis qui a préfacé le premier Tome du Chat du RabbinJoann Sfar a un don unique pour aller à l'essentiel, dans la plus grande simplicité et avec la plus grande ironie » écrit-elle « Car l'essentiel du judaïsme est là, à travers cette histoire d'un chat qui veut faire sa bar-mitsva, un chat très juif, puisqu'il ne cesse de questionner son rabbin et de remettre en question le texte». Noémie


EXTRAITS